(EN) Des termes tels que génie génétique, OGM et transgénique sont d'emploi courant, mais que signifient-ils exactement?

Ils sont associés à des techniques modernes de la science des plantes (la phytologie) appelées biotechnologie végétale: les sélectionneurs les utilisent pour aider les plantes à mieux pousser et à produire de meilleures récoltes.

La sélection végétale existe depuis des milliers d'années. Dès les débuts de l'agriculture, on s'est efforcé d'améliorer la qualité et la quantité des récoltes en sélectionnant les cultures qui possédaient les caractéristiques les plus désirables.

Bien que Dame Nature ait créé de nouvelles variétés capables de prospérer à l'état sauvage, celles-ci ne sont pas nécessairement adaptées à l'agriculture. La sélection végétale moderne a recours aux mêmes principes qu'elle, mais se concentre sur la mise au point de variétés convenant à l'agriculture. Grâce aux techniques modernes, les sélectionneurs peuvent aujourd'hui isoler des caractéristiques bénéfiques très précises et les introduire efficacement dans une plante.

« Le génie ou la modification génétique vise à changer la constitution des cellules des plantes en introduisant, supprimant ou modifiant des gènes à l'intérieur de celles-ci – ou en échangeant des gènes entre plantes – afin de les rendre résistantes à certains ravageurs ou maladies, plus adaptables aux conditions climatiques extrêmes, ou d'améliorer leurs bienfaits pour la santé », explique Ian Affleck, directeur général des affaires scientifiques et règlementaires pour la biotechnologie végétale chez CropLife Canada.

Ces techniques d'amélioration des plantes sont beaucoup plus rapides et précises que la sélection végétale traditionnelle, et permettent de s'adapter plus vite aux changements climatiques et aux demandes des consommateurs.

« Sur le plan nutritionnel et chimique, les aliments transgéniques sont identiques à ceux issus des cultures non biotechs ou classiques », dit Affleck, en ajoutant que, selon une étude importante menée récemment à l'Université de Californie à Davis, les plus de 100 milliards d'animaux d'élevage nourris avec des aliments provenant de cultures transgéniques depuis 1996 n'en ont pas été affectés.

Pour plus d'information sur la biotechnologie végétale, visiter le site gmoanswers.com (en anglais seulement).