(EN) Les agriculteurs canadiens veulent que vous sachiez exactement ce qui se passe dans leurs fermes. Ils veulent aussi vous expliquer pourquoi vous ne devriez pas avoir peur de manger les produits de leurs cultures.

Les Leguee – Jake, sa femme, sa sœur et ses parents – cultivent du blé, du canola, des pois, des lentilles, du soya et du lin dans une exploitation de 4800 hectares près de Filmore, en Saskatchewan. Jake, qui est aussi blogueur et twitteur, fait partager sa vie à la ferme sur le site southsaskfarmer.com (en anglais seulement).

Depuis 15 ans, les Leguee produisent du canola génétiquement modifié (GM), lequel constitue le tiers de toutes leurs cultures, et il y a 5 ans, ils ont également commencé à cultiver du soya GM. La raison pour laquelle ils ont choisi les cultures GM est simple, dit Jake : sans elles, ils n'obtiendraient pas de récoltes, à cause de toutes les mauvaises herbes.

« La tolérance du canola GM aux herbicides nous permet de pulvériser de tels produits sur la culture pour lutter contre la présence des mauvaises herbes dans notre région, explique-t-il. Si nous produisions du canola traditionnel, nos options de désherbage seraient tellement limitées que nous n'en cultiverions pas. Nous n'aurions pas de succès avec le canola non GM. »

Les Leguee cultivent aussi du soya GM parce que ce dernier offre des avantages similaires, lesquels sont particulièrement importants vu la saison de croissance relativement courte pour cette plante en Saskatchewan. Il n'existe pas de variétés GM des autres cultures produites par les Leguee, sinon ce sont elles qu'ils choisiraient, sans hésitation.

« Je suis fermement convaincu de la sûreté de ces cultures, dit Jake. Ça fait longtemps que nous les cultivons et les consommons. Notre terre est une de nos ressources les plus précieuses, et en tant qu'agriculteurs, nous ne produirions pas d'aliments GM ni n'en mangerions si nous pensions qu'ils étaient nuisibles. »

La science soutient les agriculteurs comme lui, ajoute-t-il, en signalant que, selon une étude récente de l'Université de Californie, à Davis, les plus de 100 milliards d'animaux d'élevage nourris avec des aliments transgéniques depuis leur introduction, en 1996, n'en ont pas été affectés.

La désinformation au sujet des OGM est l'une des raisons pour lesquelles Leguee a lancé son blogue, il y a deux ans. « Je désire aider les gens à comprendre pourquoi on fait les choses de telle façon à notre ferme et ce qu'est la carrière d'agriculteur, dit-il. Je n'arriverai pas à convaincre tout le monde, mais je veux fournir des renseignements aux personnes indécises et qui n'ont pas accès à une information crédible. »

www.leditionnouvelles.com