(EN) Des personnes du monde entier vivent au Canada. Les goûts et les besoins nutritionnels de chacun varient considérablement. Que vous choisissiez des aliments issus de cultures biologiques ou de l'agriculture classique, que vous dégustiez des spécialités internationales ou des aliments cultivés à l'échelle locale, que vous fassiez vos achats dans une grande chaîne de supermarchés ou dans un marché d'agriculteurs, sachez que des mesures sont en place pour que tous les aliments fabriqués et vendus au Canada soient conformes aux exigences rigoureuses en matière de santé.

L'abondante nourriture offerte par l'agriculture canadienne ne serait pas ce qu'elle est sans nos agriculteurs. Nous, Canadiens, avons la chance de profiter de l'expertise de près de 300 000 agriculteurs (selon le dernier recensement) qui cultivent nos aliments. Les agriculteurs assurent la production de cultures (blé et autres céréales, légumineuses, fruits et légumes), l'élevage des animaux destinés à la consommation (viande, produits laitiers et œufs) et toutes les variantes possibles, notamment la production de sirop d'érable et de miel.

Même si être agriculteur est un mode de vie, les agriculteurs sont surtout des gens d'affaires qui se soucient de la production des aliments de qualité et de la sécurité de ceux-ci. En ce qui concerne les éleveurs de bétail tout particulièrement, plusieurs pratiques sont en place pour protéger la santé des animaux et leur permettre de croître sainement. En voici quelques exemples : la gestion de la santé des animaux et les plans concernant la nutrition qui ont été mis au point par les agriculteurs afin de collaborer avec les vétérinaires.

Les gouvernements fédéral et provinciaux jouent un rôle important dans la mise en œuvre du processus qui consiste à assurer l'uniformité et le respect des exigences partout au pays. Même si le Canada possède déjà un solide système de salubrité des aliments , des efforts continus sont déployés pour l'améliorer. À titre d'exemple, la Loi sur la santé des animaux fait l'objet d'un examen afin d'intégrer d'autres groupes d'éleveurs aux exigences qui s'imposent à l'identification et à la traçabilité des animaux. Il s'agit là d'un élément important du système puisqu'il permet aux autorités de retracer les animaux advenant l'éclosion de maladie, par exemple, afin d'en atténuer les répercussions.

Les éleveurs de porc participent déjà au système de traçabilité intégrale; les chèvres et autres animaux d'élevage seront intégrés au système sous peu. Cela veut dire que tous les producteurs de chèvre, indépendamment de la taille de leur exploitation agricole et du type d'élevage (viande, produits laitiers, fibres), devront se conformer aux nouveaux règlements. Les producteurs de chèvre peuvent trouver de plus amples renseignements au sujet de la nouvelle réglementation en communiquant avec la Fédération canadienne nationale la chèvre (www.cangoats.com).